La spiruline ne permet ni de prévenir, ni de guérir une carence en vitamine B12. C’est aujourd’hui la source la moins prometteuse en vitamine B12, à tel point que la Société végane britannique avait elle-même conduit un test en l’utilisant comme placebo.

Comprimés de spiruline

Certains marchands de spiruline brouillent les pistes sans scrupules, pour vendre leur produit à forte valeur ajoutée au mépris de la protection de la santé des populations véganes, dont les enfants. Toutes les organisations véganes majeures seraient très heureuses de pouvoir dire le contraire, mais le fait est que la spiruline est totalement inefficace contre les carences en vitamine B12.

Techniquement, la mise en évidence en laboratoire de la présence de vitamine B12 dans une algue n’est qu’une étape préliminaire : seuls les essais sur l’espèce humaine permettent de valider la biodisponibilité de la vitamine B12. Or les essais humains ont échoué. En d’autres termes, il y a de la vitamine B12 dans la spiruline, certes, mais sa biodisponibilité est scientifiquement réfutée :

  • « Promouvoir les algues et autres aliments végétaux comme source fiable de vitamine B12 est injustifié, parce que sa biodisponibilité est contestable. » (Dagnelie, « Vitamin B-12 from algae appears not to be bioavailable », ajcn 1991)
  • « Les cyanobactéries comestibles [spiruline] ne conviennent pas comme source de vitamine B12, et plus particulièrement chez les véganes. » (Watanabe, « Vitamin B12 Sources and Bioavailability », Exp Biol Med (Maywood), vol. 232, no 10, novembre 2007, p. 1266-74)
    « Les cyanobactéries comestibles [spiruline] et leurs produits ne conviennent pas comme source de vitamine B12 chez les végétariens. » (Watanabe, « Vitamin B12-Containing Plant Food Sources for Vegetarians », Nutrients, vol. 6, no 5, 5 mai 2014, p. 1861–1873)
  • La biodisponibilité chez les rats que nombre d’études s’échinent à démontrer n’est certainement pas une preuve de biodisponibilité chez les humains, et l’expérimentation animale est un crime que les véganes combattent.
  • La Société végane française a connaissance de nombreux cas de véganes qui pensaient se complémenter correctement en consommant de la spiruline, mais qui ont cependant développé une carence. Rajoutons à cela que son efficacité pour remonter les niveaux de ferritine (chez les femmes dont les pertes sont plus importantes que les apports) a été mise en doute par de nombreux retours chez des véganes.

Contrairement à la spiruline, des millions de personnes ont été soignées d’une carence en vitamine B12 avec succès grâce à la cyanocobalamine. L’écrasante majorité des véganes peuvent réellement compter dessus.