Parmi les fraudes scientifiques, la consoude (Symphytum officinale) tient une place particulière. Ce n’est évidemment pas une source de vitamine B12. En revanche, la consoude est vraiment dangereuse pour la santé.

 

consoude

Des sites alternatifs ont prétendu que la consoude contiendrait de la vitamine B12. Bien qu’on ait parfois trouvé des traces de vitamine B12, leur origine a toujours été mise en doute, en raison d’une contamination directe des feuilles par du fumier [1]. Pour ne rien arranger, aucune des analyses conduites dans les différentes études n’étaient capables de différencier les analogues (des molécules sans activité vitaminique aucune, mais qui ressemblent suffisamment à la véritable vitamine B12 pour tromper les systèmes de mesure). Quand bien même, nulle étude ne pourra jamais prouver une quelconque biodisponibilité pour une raison toute simple : il faudrait consommer près d’un kilo de feuilles de consoude par jour pour espérer mesurer la biodisponibilité chez l’espèce humaine. Personne n’a la capacité de consommer de telles quantités quotidiennement. Rassurons-nous, des analyses sérieuses ont réfuté la présence de vitamine B12 dans les feuilles de consoude [2] : la consoude n’est donc pas une source de vitamine B12.

Au-delà de ces seules considérations, des cas d’intoxication grave ont été rapportés tant pour la consommation des racines que des feuilles (présence d’alcaloïdes), au point que la vente pour la consommation humaine a été interdite dans la majorité des pays :

« Plusieurs cas d’intoxications hépatiques graves ont été rapportés à la suite d’une ingestion de consoude, avec une ressemblance pour le syndrome d’obstruction sinusoïdale [mortalité élevée dans les formes graves]. L’intoxication commence généralement 1 à 2 mois après avoir commencé à consommer de la consoude (extrait, comprimés, infusions en grandes quantités) : douleurs dans le quadrant supérieur droit, nausées, gain de poids (rétention de fluides), suivis de jaunisse […] Les dégâts peuvent être très importants et conduire rapidement à l’arrêt des fonctions hépatiques, même si, la plupart du temps, c’est plus insidieux […]. » [3]

———–
Notes

1. Robinson RG. Comfrey–A Controversial Crop. Minnesota Agricultural Experiment Station, 1983.

2. Payne RW, Savage BF. Vitamin B12 for vegans. Br Med J 1977;2(6084):458.

3. Drug Record. National Library of Medicine : une liste de cas d’intoxications aiguës rapportées figure à la fin du document.